400 – 150 – 56

400 poésies en français – 150 en dialecte Sud Alsacien – 56 fables de La Fontaine

Extrait  150 en dialecte Sud Alsacien

 150 en dialecte Sud Alsacien

            56 fables de La Fontaine                        400 poésies en français

 

AS SCHTIRMT MI KIND

Härsch du dussa dàs Süsa

As esch da besa Nordwend

Üsa geh tat aïnen Grüsa

Blib nur schen denna kind

 

Dr Schnee en raïna Flocka

Werbelt em tobenta Orkàn

Âm Ofa en da Socka

bschetzt i mi vo dam Wàhn

 

Ma härt scho Ziagel keïa

Werd dr Schturm acht bol anda

Vor Ângscht mächt i no schreia

Mech àn dr Herrgott wanda

 

D'Màmma nemt mi en d'Ârma

I druck fescht àn ihr Harz

Un ihr Kontàkt da wàrma

Vrtriebt Ângscht un Schmarz

 

 

Le l2.lO.l994

 

 

               D LÖWIN UN DR BAR

A klaïna Leb esch gebora

Sina Màma hàt ihn vrlora

A Jager hàt da Schwächling gfànga

D'Màma brüllt met grosem Bànga

Dr gànza Wàld esch derangiart

Vom grosa Kràch wu sa frfiart

D'Nàcht dura tüat sa schreïa

Un ihr àrmes Kind bereïa

Kä Waldbewohner kà me schlofa

D'Lewin tüat sa àlla schtrofa

Dr Bar saït, güata Fraü

Han ehr eïch scho bsuna gnaü

Ewer à:lla klaïna Kinder

Wu ihr bi Summer un Winter

Umbrocht han fer sa z'frassa

Ihr han drbi wàhrschins vrgassa

Âs sa Pàpa un Màma han kà

Un as tüat dana àlla à

Üs Ângscht vor Ihna han sa gschwega

Un han ihr Schmarz ins Harz bega

Sa tata ihna vrzeïa

Wenn sa vota ufhära met schreïa

 

I kà net schwiga en mim Schmarz

Ar tüat mech bloga bis en s'Harz

Ha miner aïnziga Suhn vrlora

Suhn vo Kenigin Hochgebora

Worum hàt dr Tot net mech gnu

Wird a schmarzhàfta Âlter biku

Ihr käma scho do drewer awack

Ihr maïna dàs, a Hàfatrack

As esch fer mech a Schicksàlschlàg

I be frzwiefelt fer Johr un Tàg

 

Misràwla Mensch dàs geldet der dich

Âlles traït sech nur um s' Wort « Ich »

Nem Âtaïl àm Nechscht sim Laït

Hoffentlig màchts der kä Fraït

Da kàsch di hàlt net ewerwinda

Wenn a Ungleck dech tüat finda

 

 

 

                                      LA GUERRE

Un cri d'angoisse secoue la terre
On a déclaré l'horrible guerre
Obligés de quitter leurs familles chéries
Pour participer à l'odieuse boucherie
Les appelés rongés de tourments
Rejoignent leurs divers régiments

                                   Equipés de neuf de cap en tête
                                Ils sont conduits à l'infâme fête
                             A l'idée de ce qui va les attendre
                                  Obligés de tuer pour se défendre
                          Ils écoutent la frayeur aux entrailles-
                      Les grondements des funèbres batailles

                On gagne le front dans une tranchée boueuse
                Pensant à la femme, à la fiancé délicieuse
                   Elle zigzague à travers un paysage morne
             Sans aucun arbre préservé, sans aucune borne
                  La terre dix fois retournée et truffée de trous
             Est la preuve vivante que les hommes sont fous

                Revenant du front, titubant mornes et hagards
              Les horreurs de la guerre remplissant leur regard
            Etourdis par la pluie de terre et de fer
             Quittant pour quelques jours l'horrible enfer
                 Quelques restes d'une unité entière
             Va se refaire une santé à l'arrière

         Pendant que les obus de leurs ennemis grondent
            Que nos canons à leurs miaulements répondent
                Le fantassin moulu courbe l'échine
              Implore la providence divine
             Aujourd'hui encore o mère secourable
             Protège une nouvelle fois ma vie misérable

Ils piétinent dans la boue, la fange
La saleté plus aucun ne dérange
Une tête se lève c'est la mort
Combien subissent ce triste sort
Se mettre a genoux s'asseoir impossible
Ce qui rend la vie encore plus pénible

La ferraille maudite les arrose
Dans leur trou ils sont bien peu de chose
Ils pensent avec un très angoissant frisson
Qu'aux obus adverses ils servent de moisson
Quant finira t’il leur sacrifice
Entendront ils le clairon de l’armistice

                    Avant l'attaque pliés devant leur meurtrière
                         L'un dans son angoisse récite une prière
                            L'autre jure pour se donner du courage
               D'aucuns grincent des dents d'impuissante rage
                            Baïonnette au canon, finis les rêves
                          Il faut que tu avances ou que tu crèves

                                Devant la tranchée, un cauchemar terrible
                             A leurs yeux se montre une vision horrible
                    Dans un trou creusé par les précédentes batailles
                     Rempli d'eau et de quelques morceaux d'entrailles
                          Dépassant de la fange un bras vengeur
                                Dresse vers le ciel un doigt accusateur

                             Succédant à un si horrible carnage
                              Qui a laminé des humains de tout âge
                    Les anciens adversaires, sans excès de passions
                            Ont mis sur les rails la Société des Nations
                            Où après de longs palabres à l'infini
                           Un statut de non agression fut défini

                        Mais déjà un moustachu fou, hystérique
                    Atteint dans sa folie d'un pouvoir mystique
                      Il harangue les foules d'une voix tonitruante
                    Personne n'a éliminé cette bête puante
                        Qui promet à son peuple espace et honneur
                   Son magnétisme les met au comble du bonheur

                        Il allume à nouveau le brasier épouvantable
                    Hurlant qu'une telle minorité est la coupable
                    Ses troupes, droguées par les premières victoires
                    Cachent sous leurs oeillères tous les déboires
                       Dont souffrent tous ceux qui leurs sont chers
                              Qu'ils sont longs, en Russie, les hivers

Le nucléaire a mis fin à la guerre
Cette arme fait peur à toute la terre
Voilà que maintenant la question se pose
Plus jamais ça, plus cette horrible chose
Mais une affreuse nouvelle les nations inonde
La guerre chimique fait rage dans le tiers monde

Faisons un voeu, disons une prière
Clamons fort que tous les hommes sont frères
Qu'ils soient blanc, jaune,rouge ou noir
Ils doivent vivre d'amour et d'espoir
Se soutenir, avoir chaque jour leur pain
Espérons que ce voeu pieux ne soit vain

Le 1.O3.1989