NACHWORT Ackerer, Alsacien, 16 09 2018

APRÈS-MOT
Agriculteur, Alsacien

Dominik Richert n'a pas laissé ses mémoires se terminer au moment où il a finalement quitté le front. Car ce n'est pas seulement le danger omniprésent d'être forcé de mourir et envoyé à la mort, de mourir et de tuer en vain, qui caractérise la guerre. Ainsi, la période qu'il convient de décrire s'étend au-delà de ce jour de novembre où les livres d'histoire enregistrent la fin du "massacre commercial de l'homme". Pour Dominik Richert, la paix est synonyme de vie dans son pays natal, le Sundgau. 
Même après son évasion, le "Mousquetaire Richert II, Dominik, Lebenstellung : Ackerer-" enregistré dans le rôle principal de son premier régiment sous le numéro de série 113, reste prisonnier de la machine militaire. Et il n'aime pas ça des deux côtés de la frontière. Dans les premiers jours après la désertion, cependant, il est ravi d'avoir finalement échappé à la vie dans les tranchées et est enthousiasmé par la nourriture exceptionnellement bonne, le pain blanc français, les rations de viande, le vin rouge. Dans les derniers jours de juillet 1918, il se sent "à l'aise comme un oiseau en graines de chanvre". Dans les derniers chapitres de ses dossiers, il décrit également les aliments qu'il reçoit page par page – et plus tard ceux qui lui sont refusés. 
Dominik Richert apprend les conséquences de sa désertion par le jeune soldat avec lequel il était à Metz début juillet 1918 comme sous-officier de l'armée allemande. La jeune Lorraine a pris son supérieur comme modèle et, quelques jours plus tard, il a également fait défection. "Il m'a alors dit, disent les notes de Richert, qu'aucun Alsacien de notre division n'était resté dans le fossé avant, parce qu'on ne pouvait faire confiance à personne, et un ordre de division a été lu, selon lequel Richert, Beek et Pfaff ont été condamnés à mort par la Cour militaire de division pour abandon. Bien, c'est mal à la guerre. Par conséquent, parce que nous ne voulions pas tuer et aussi parce que nous ne voulions pas être tués, nous avons été condamnés tout simplement à la mort, mais le Nuremberg ne pend personne, avant de l'avoir, est appelé un vieux proverbe. Et j'ai laissé faire, même si j'ai été condamné à mort. Et pourtant, je me suis mis en colère quand j'ai pensé au fait que ces quelques officiers supérieurs payés, qui n'avaient peut-être jamais été dans le feu auparavant, avaient le droit de condamner à mort des soldats pauvres qui avaient goûté presque 4 ans de cette misère de guerre et qui ne voulaient que sauver leurs petites vies. En réalité, les personnes qui avaient le aux pauvres soldats à endurer au front et aux attaques souvent très meurtrières et dont chacun a un certain nombre de soldats sur la conscience, pas 1000 fois plus ne mérite la mort ? Qui ne parlent toujours que de leur patrie bien-aimée, en plus de tout cela, se laissent payer pour leur vie de paresseux, ont la poitrine pleine de récompenses non méritées et laissent les pauvres soldats tirer à mort pour rien ? Mais l'essentiel, c'est qu'ils ne pouvaient pas me toucher. «
Loin du front, Richert est en sécurité, mais ne peut toujours pas vivre "comme un être humain le mérite". Il souffre encore de préjugés contre les Alsaciens. Du côté français comme du côté allemand, l'Alsace-Lorraine était considérée comme un cantonisme insécurisant. Dans une époque axée sur le nationalisme, ils étaient beaucoup plus étroitement liés à leur région que les gouvernements respectifs ne pouvaient s'y sentir à l'aise. Dominik Dominik Dominik Richert a eu la première impression, après sa désertion, qu'un officier français maltraite un soldat marocain et insulte les transfuges. Il écrit : "Beck m'expliqua plus tard qu'il m'avait dit que si nous étions Alsaciens, nous étions exactement les mêmes Boches[méprisables pour les « Allemands »] que les Allemands". 
Pendant les premières semaines qui suivent le changement de front, le déserteur doit subir des interrogatoires répétés par des officiers français. Il leur a affirmé qu'il était arrivé au village de Regniéville, qui n'avait pas été reconstruit à ce jour parce qu'il n'avait été complètement détruit qu'immédiatement avant le débordement en position allemande, et qu'il ne pouvait donc pas donner plus de détails sur l'emplacement des lignes allemandes, "puisque je ne devais déborder que pour sauver ma vie, et non pour trahir mes anciens camarades. Les officiers remarquent rapidement ce motif de silence et n'insistent donc pas pour obtenir d'autres informations, d'autant plus qu'ils connaissent étonnamment bien l'autre camp. Ce à quoi il ressemble derrière les lignes allemandes leur semble tout aussi bien connu que ce qui s'est passé au début de la guerre dans la bataille forestière près de Thiaville. Ils s'interrogent sur le massacre du 26 août 1914 sur ordre du général de division Stenger. Dominik Richert répète ce qu'il avait déjà enregistré lors des premiers interrogatoires des officiers allemands en 1915. (Il ne fallait pas s'attendre à ce qu'un ordre contraire au droit international ait été noté dans les journaux du bataillon. De même, dans le rôle principal de la 1ère Compagnie du 112e Régiment d'infanterie de Baden dans la catégorie "Leadership, punitions judiciaires, réhabilitation", rien n'indique que Dominik Richert ait fait quelque chose qu'il n'avait pas le droit de faire : accuser un officier allemand d'un ordre de meurtre. Dominique Richert reste l'observateur attentif qu'il était pendant les années de guerre. En ce qui concerne les relations entre subordonnés et supérieurs hiérarchiques, il trouve peu de différence entre les deux armées. "C'était comme les Allemands ici", écrit-il. "Plus le salaire est élevé, plus le retour en arrière est important, plus la sécurité est grande.
Dans les différentes gares de transit en route vers le camp alsacien de Saint-Rambert, ancien monastère près de Saint-Etiennes, les transfuges qui ont été accueillis avec tant d'enthousiasme au début sont traités beaucoup moins courtoisement que les premiers jours. Vos rations sont de plus en plus mauvaises. Conséquence : -La sympathie pour la France, qui était si forte avec tout le passé, était tombée bien en dessous de zéro, et on entendait tout le reste, mais non -Vive la France ! Richert passe quelques jours dans le camp d'internement pour les Alsaciens capturés et débordés. Mais : "Être inactif était trop ennuyeux." Alors "Nickel" se porte volontaire pour travailler dans une ferme. Il enlève enfin son uniforme. Lentement, il retrouve la vie d'habitué des paysans de l'avant-guerre. Il fauche le foin, fait du travail forestier et s'habitue peu à peu au dur labeur qui lui était familier avant la guerre, mais qui lui est maintenant devenu un étranger. Avec sa famille, il peut reprendre le lien qui lui manquait depuis si longtemps. 
Afin de pouvoir mieux communiquer dans son "foyer temporaire", Dominik Richert et ses camarades commencent à apprendre une langue inconnue jusqu'alors. Mais même sans une parfaite connaissance du français, ils comprennent tous ce qui leur vient à l'esprit lors de leur travail à la ferme. – Richert écrit : "Début novembre, on disait que la paix était proche. Le 10 novembre, on disait qu'il ne faudrait que 2 à 3 jours avant l'armistice. Am Il. En novembre, nous étions juste occupés à faire des vagues dans les bois, quand soudain nous avons entendu des trompettes dans la petite ville de La Fujus en contrebas ; des coups de canon ont retenti depuis Saint-Étienne. Ici et là, nous avons entendu sonner des cloches et des coups de feu. Maintenant, dans La Fujus un cri que l'on ne pouvait pas distinguer si l'on riait ou pleurait. C'est Friedel – nous nous sommes dit à nous-mêmes, et soudain l'eau était dans les yeux de tout le monde, parce que nous imaginions que nous pourrions rentrer à la maison dans les prochains jours. Nous nous sommes réunis et avons crié trois fois >Vive la France ! < que l'écho résonnait fort dans les montagnes. Il n'y a plus de travail aujourd'hui ! – ils ont dit, et on a pris la route après la ferme. Nous étions tous très heureux que les Français aient gagné la guerre, car si les Allemands avaient gagné, l'Alsace serait restée allemande, et nous, déserteurs, n'avions jamais pu rentrer chez nous (…) Nous apprenions maintenant que l'Empereur était allé dans l'Empire allemand et que les Allemands avaient gagné la guerre. Holland s'était enfui. Dès qu'il y a un peu de danger pour une telle canaille, il laisse tout dans le pétrin et brûle. Alors que nos péchés avaient passé quatre ans dans le besoin et la mort pour rien et rien encore. Et quand vous mettez votre petite vie en sécurité, vous êtes condamné à mort. Et à une telle canaille, qui a sans doute été complice de l'horrible meurtre, vous envoyez une pile d'argent." 
Contrairement à ses espoirs, Dominik Richert ne peut retourner dans son pays natal immédiatement après la capitulation allemande. Bien qu'il ait appris à aimer le pays et les gens de son environnement français – "si j'avais été sans-abri, je serais resté ici", écrit-il – son impatience ne cesse de croître. Après le tournant de l'année 1918/1919, alors qu'aucun ordre n'a encore été donné de rentrer chez lui, il se fait arbitrairement avec ses camarades alsaciens sur le chemin du retour vers Saint-Rambert. Ils sont accueillis avec hostilité dans le camp alsacien surpeuplé. Enfin, ils ont été autorisés à retourner en Haute Alsace, qui, après près d'un demi-siècle, faisait à nouveau partie de la France. Quarante pages après la conclusion choisie pour ce livre, Dominik Richert complète son rapport par les phrases suivantes : "Au-dessus (…) j'ai vu mon village natal, que j'avais quitté en octobre 1913, il y a presque 5 ans ½ Tout d'un coup, j'ai eu les larmes aux yeux. Le seul vœu que j'avais pendant la guerre et dont j'avais si souvent douté qu'il puisse être exaucé, c'était maintenant exaucé ! 
Cependant, ce vœu cher depuis longtemps n'a été réalisé qu'à la fin du mois de janvier 1919. Six mois après avoir fui le front et plus de deux mois après la reddition de l'Allemagne, la guerre est enfin terminée pour le soldat involontaire. Bien que le front de la Haute-Alsace ait été considéré comme relativement paisible, les rapatriés trouvent des villages voisins à moitié détruits par les tirs d'artillerie. A Sankt Ulrich, tandis qu'à Saint-Ulrich, les combats n'ont laissé que peu de traces visibles. La ville natale de Dominik Richert a été préservée. 
L'Alsacien revient à un paysage dans lequel neuf habitants sur dix parlent depuis longtemps un dialecte alémanique de l'allemand. Il n'a plus besoin des compétences en français qu'il vient d'acquérir. Dans sa langue maternelle, l'allemand, il enregistre ses souvenirs les soirs d'hiver ; c'est ainsi qu'il aborde sa patrie pour la deuxième fois avec vision et récit. Contrairement aux "vieux combattants", dont les rapports montrent le soldat comme un héros courageux, il n'a pas eu à se sacrifier pour l'empereur et la patrie afin de devenir un bon fils, un bon droit. d'être membre de la communauté. Ses dossiers ne contiennent donc pas d'aveux écrits d'un soldat qui n'admet au journal que ce qu'il n'admettrait à personne. Dominik Richert peut décrire la peur pendant les attaques et, non sans fierté, nommer ses stratégies avec lesquelles il a retiré la lutte qu'il estimait inutile. Le soldat de Saint-Ulrich ne devient pas étranger à lui-même pendant la guerre, ne découvre pas soudain en lui un " homme primitif " instinctif, qu'il devrait considérer comme le véritable homme et l'être humain dans tout avenir. Exposé à la guerre, qu'il n'a pas choisie comme œuvre de sa vie, il tente d'y échapper autant que possible. 
Ce n'est pas une affirmation abstraite et humaniste qui empêche Dominik Richert d'être cruel. Il est humain d'une manière très simple : il ne veut pas être tué et ne veut donc pas mourir. Son inhibition à faire du mal aux gens est forte. Pour lui, il n'y a pas d'ennemis à détruire dans la tranchée ennemie, mais – à quelques exceptions près – des "pères de famille dignes de souffrir", des "gens pitoyables", des "pauvres démons". Au moins dans le cas des Européens, il présuppose involontairement qu'ils ne se sentent pas différents de lui et qu'ils préfèrent travailler pacifiquement plutôt que de détruire volontairement. 
L'humanité de Dominik Richert est authentique, mais cela signifie aussi qu'elle est incomplète d'une certaine manière. Certes, Richert est libre de nationalisme, mais il pense et se sent néanmoins comme un Européen central. L'étranger lui semble plus hostile que le familier. Sans y penser, il change de ton selon que les adversaires "familiers" ou "étrangers" doivent tenir leurs positions dans les tranchées opposées. Sa distance par rapport aux troupes coloniales déployées par les Britanniques – les "Noirs" ou "Indiens" comme il les appelle – est beaucoup plus grande que celle des soldats russes. Les Anglais, un peu moins aliénés, ne sont pas aussi familiers que les Français. Et quand Dominik Richert parle des conditions de vie dans des régions éloignées de son pays d'origine, c'est avec un étonnement stupéfait, tout comme l'ont fait les ethnologues du début du siècle. 
Dans ce document, le lecteur en sait plus que l'auteur n'en avait l'intention. D'une certaine façon, Dominik Richert est un narrateur naïf et non informatisé. Son langage et son comportement changent involontairement lorsqu'il devient sous-officier et donc supérieur. Bien qu'il continue à entretenir des relations de camaraderie avec ses subordonnés – les "bons garçons" – et à se duzt lui-même avec eux. Dans son nouveau rôle, cependant, il montre un degré de responsabilité différent, même pour les armes, que jamais auparavant. La guerre s'est emparée de Dominik Richert et ne lâchera plus jamais prise. Jusqu'à la fin de sa vie en 1977, cet homme nous a parlé encore et encore de l'époque oppressante des deux guerres mondiales. Il le comprend aussi bien à l'oral qu'à l'écrit. Le dimanche après-midi, il est assis à la table ronde dans l'auberge de la ville voisine de Mertzen, parfois avec d'anciens camarades qui, nés dans le Sundgau, y vivent même après la guerre ; le lien avec presque tous les camarades de guerre vivant actuellement en Allemagne a été rompu. Les sièges autour de lui sont toujours occupés ; quand Dominik Richert raconte, les autres se contentent d'écouter.
Ses histoires sont connues dans tout le village, mais leur impact ne va pas plus loin. "Mes expériences de la guerre de 1914-1918 passent inaperçues dans un tiroir du grenier de la maison Richert. Par chance, ils sont redécouverts des décennies plus tard, bien après la prochaine guerre, lorsqu'ils sont réarrangés. Un des problèmes du quarto a déjà été endommagé par des souris. Dominik Richert ne demande qu'à contrecœur et à plusieurs reprises au plus vieux fils adulte de compléter le texte détruit. Trop de choses se sont passées entre-temps. (Bien que le nouveau passage – le chapitre dans lequel l'occupation des provinces baltes est décrite – ne diffère guère du reste du rapport sur le plan linguistique, nous avons décidé de ne pas l'inclure dans cette édition du texte). 
Alors que le texte endommagé est réécrit par Richert, Jean-Claude Faffa, le mystérieux expéditeur du manuscrit, voit aussi les carnets. Depuis son enfance dans les années trente, Faffa connaît très bien l'ancien combattant et ses histoires de guerre. Nickel" ne racontait jamais de contes de fées, mais toujours ce qu'il a vécu. Maintenant, le jeune élève demande à Faffa de pouvoir lire les histoires qu'il connaît bien. Il est le premier à se rendre compte de leur valeur. Bien que sa langue maternelle soit le français, il a commencé à déchiffrer l'ancienne écriture allemande au début des années soixante ; en six mois de travail minutieux, il a traduit le texte mot à mot en machine à écrire. Comme nous, une génération plus tard, Jean-Claude Faffa est convaincu que l'histoire de Dominik Richert a besoin de lecteurs. 
Mais toutes les tentatives pour trouver un éditeur échouent. Cinquante ans après le début de la Première Guerre mondiale, la fin de la Deuxième est encore trop proche. De plus, presque personne à l'époque ne croit que l'écriture d'agriculteurs peut mettre sur papier des phrases d'une valeur plus que documentaire. L'une des rares réactions vient de Heinrich Böll ; il nous informe qu'il aimerait remettre la copie à une archive. Ce n'est pas le succès souhaité du travail ardu. Déçu par la faible réponse, Jean-Claude Faffa ne mentionne pas la communication de Boll. 

Même après l'échec de la première tentative de publication et la mort du père, les fils veulent lui "ériger un monument" et donner à ses archives l'attention qu'elles méritent. (Au cours de l'hiver 1986/1987, un parent de la famille a traduit les souvenirs en français. Pour tous ceux qui ont connu Dominik Richert, la douceur est la douceur. Son pacifisme est resté même à une époque où son attitude pouvait lui coûter la vie. Ses descriptions et son destin après la Première Guerre mondiale sont inséparables. 
À la fin de son service militaire, Dominik Richert retourne dans son environnement familier, reprend son travail habituel et épouse en 1922 Adele Kayser, la fille du meunier. L'année de son mariage et en 1924, elle a donné naissance à ses deux fils, Ulrich et Marcel. Son mari travaille à la campagne, mais le rendement est trop faible pour nourrir la famille ; en hiver, le maigre budget doit être amélioré par l'exploitation forestière. Malgré le travail acharné et les souvenirs horribles, l'ancien combattant de front demeure serviable et compatissant, attentif et intéressé à tout au long de sa vie. 
Depuis des décennies, Dominik Richert Sanger fait partie de la chorale de l'église. Il aime dessiner et peindre, dessinant de temps en temps des images de mémoire pour ses enfants. Et il lit beaucoup, même si personne dans sa jeunesse ne lui a appris à le faire. Comme beaucoup d'autres lecteurs, il préfère les livres dans lesquels il reconnaît ses expériences : descriptions de voyages à l'étranger, par exemple, mais de préférence des romans anti-guerre qui ont été publiés en grandes éditions à la fin des années 1920. Parmi ses lectures préférées, il n'y a rien de nouveau dans Erich Maria Remarque (1929) Four of the Infantry – Western Front 1918 d'Ernst Johannsen (1929) et dans le livre Die hôlzernen. Croix de Roland Dorgelès (1919) dans la traduction allemande de 1930. 
Il pourrait sembler que ces cinq ans et demi, de la fin de 1913 au début de 1919, représentaient la seule interruption dans une vie uniforme et paisible. Mais même Dominik Richert, qui a survécu indemne à l'extérieur entre 1914 et 1918, souffre encore de ses effets des décennies après la fin de la guerre. Comme il ne parle pas assez français pour suivre l'actualité sur la chaîne nationale, il reste dépendant des médias de langue allemande. Il observe sans suspicion l'évolution politique en Allemagne. Au début, il se réjouit de la prise du pouvoir par Hitler et, pendant des années, il demeura aussi insoupçonné qu'avant le début de la Première Guerre mondiale. 
Immédiatement après l'occupation de l'Alsace par la Wehrmacht en 1940, le chef du groupe local national-socialiste du village a commencé à menacer les habitants de déportation. Les désagréables Alsaciens, par exemple ceux qui, au début de la Première Guerre mondiale, avaient décidé de vivre en français 

Les premiers des deux cents habitants de Saint-Ulrich sont déportés vers l'intérieur de la France. 
Au début de l'occupation, Dominik Richert, se souvenant des expériences de son temps en tant que soldat il y a un quart de siècle, conseille à ses deux fils de se comporter "tranquillement et docilement". Bien que l'Alsace, en tant que territoire occupé, reste française sur le plan purement juridique, les Allemands font de gros efforts pour l'annexer au Reich. Robert Wagner, le Gauleiter responsable du Sundgau, affirme en mai 1941 que les jeunes hommes sont enrôlés dans le service obligatoire. Un an plus tard, contrairement au droit international, le service militaire pour les Alsaciens fut introduit ; 14000000 Alsaciens de Lorraine confisqués de force devront combattre en uniforme allemand. 
Le fils aîné de Dominik Richert6 appartient à l'année qui sera la première à emménager. Les occupants allemands menacent d'enlever les parents de ceux qui se soustraient à leurs obligations officielles. Malgré ce danger, Dominik Richert ne conseille plus la docilité. Il veut en tout cas éviter que son fils ait à vivre une expérience similaire à celle qu'il a vécue dans sa jeunesse. Je ne veux pas qu'ils fument la guerre. Avec la bénédiction de leurs parents, les deux fils s'enfuient en Suisse ; le fils aîné, qui a déjà dû prêter serment en tant qu'ouvrier au travail, est considéré comme un déserteur et est condamné à mort par contumace. Dix autres jeunes hommes du village suivront l'exemple du fils Richert dans les mois à venir. Parmi ceux qui restent et sont enrôlés de force dans la Wehrmacht, six tombent pendant la Seconde Guerre mondiale ; deux rentrent chez eux comme estropiés, trois meurent de faim en captivité en Russie. Quatre autres ont encore des balles ou des éclats dans le corps.
 La décision de Dominik Richert de conseiller aux fils de fuir demande beaucoup de courage. Le couple est conscient que la fuite des fils aura des conséquences. En février 1943, Adèle et Dominik Richert sont déportés en Allemagne avec 21 autres habitants. Ils arrivent temporairement au camp de transit de Schelklingen près d'Ulm. Jusqu'à l'arrivée des Alliés, le couple doit faire du travail forcé dans une ferme du Palatinat, 14 à 16 heures par jour. Adèle et Dominik Richert sont emmenés en Alsace dans un camion français trois semaines après leur reddition et sont grièvement blessés. Adèle Richert a subi de graves dommages cardiaques. Quelques années après la guerre – comme ses fils le soupçonnent, conséquence tardive du travail forcé – elle est victime d'un AVC ; elle meurt paralysée et muette 27 ans plus tard. Le poumon de Dominik Richert est endommagé. Mais le couple n'envisage pas d'intenter une action en dommages-intérêts. Tous deux se contentent d'être de retour dans leur patrie et sont ravis qu'aucun d'entre eux n'y soit retourné. 

 

d'avoir perdu mon tendon à la guerre. Ulrich et Marcel Richert avaient rejoint la résistance française après avoir appris la déportation de leurs parents. Ils ont vécu les mêmes expériences que leurs parents auraient aimé leur épargner. Ils n'étaient pas enthousiasmés par "leur" guerre, mais convaincus qu'il fallait prendre les armes.  

"Ce qui est triste dans tout cela, c'est bien sûr que les soldats professionnels des deux camps (et non les soldats de force) font ce qu'on leur ordonne. Donc, quand deux idiots mégalomanes leur disent de se fracasser le crâne l'un l'autre, ils le font, et personne ne peut les arrêter. Cette prise de conscience a été formulée plus de soixante ans après l'expérience de guerre de Richert par le lieutenant de marine David Tinker dans une lettre postale de campagne. Un peu plus tard, il est mort, tombé, comme on l'appelle encore, sur votre navire MaJestät "Glamorgan" le 12 juin 1982 au large des îles Falkland (The short life of the lieutenant at sea Dauid Tinker 1957-1982, ed. H. Tinker. Reinbek près de Hambourg 1984. p. 182). Tinker a été entraîné avec enthousiasme dans une guerre moderne, soldat sur un navire de guerre rempli d'électronique et de systèmes d'armes. Sa désillusion a été rapide et complète ; à sa mort, il a ressenti le conflit, d'abord qualifié de "guerre d'opérette", aussi inutile que sa mort ait été et soit encore. 
La Première Guerre mondiale, reflétée dans l'expérience de guerre d'un paysan alsacien, est très proche de nous. Les expériences de Dominik Richert en temps de guerre ont été répétées pour les générations futures, parce que les anciens espoirs d'un monde sans guerre ne pouvaient pas encore se réaliser. Nous avons toujours réussi et réussi à mettre les gens dans la bonne humeur pour la guerre.
 Néanmoins, l'expérience de guerre de Dominik Richerts n'est pas facilement comparable à celle de David Tinkers. L'importance d'une expérience passée pour le présent ne peut être mesurée que si elle est considérée dans son contexte historique. La biographie de Richert est étroitement liée à l'histoire de son pays natal et à son emplacement entre deux états. Cela l'a façonné et déterminé sa perception de la guerre dès le début. 
Aujourd'hui encore, le souvenir de la Première Guerre mondiale est inextricablement lié aux images de soldats quittant le pays, marchant dans les rues accompagnés de gens en liesse. Mais : "Les vrais héros regardaient par les fenêtres (….). Il y en avait un (…) qui gisait effroyablement loin sur le rebord de la fenêtre et rugissait haut ! et haut encore ! que la tête chauve devint aussi rouge que le sang que les autres devaient verser." Après la guerre, le psychanalyste et écrivain Fritz Wittels le résume ainsi  dans son roman oublié Zacharias Pamperl ou Der oerschobene Halbmond (Vienne 1923. p. 55). 
Dominik Richert était de ceux qui devaient "verser leur sang", tout sauf volontairement. Cela s'explique par l'attitude et la situation personnelle de Richert ainsi que par le développement politique de l'Alsace-Lorraine. Elles sont brièvement mentionnées ci-dessous. 
Depuis octobre 1913, Richert fait son service militaire. Dans les dernières semaines avant le début de la guerre, il était dans la caserne ; ici, il était relativement isolé, mais surtout pas influencé par l'humeur d'un public qui restait dans une attente tendue et finalement enthousiaste. "De la guerre imminente, écrit-il, nous, soldats, n'avions aucune idée."  
Dès le début, la guerre était plus proche de Richert et de la population alsacienne que de la population de Berlin ou d'autres régions d'Allemagne, à l'exception de la Prusse orientale, où dans la première phase de la guerre, l'armée russe a occupé brièvement le territoire allemand. Jusqu'à la fin de la guerre, l'Alsace était un pays en partie occupé et contesté par les Français et en partie par les Allemands. Depuis l'occupation de l'Alsace-Lorraine après la guerre franco-prussienne de 1870/1871, les tentatives d'intégration de l'administration allemande ont été maladroites. Le statut juridique du territoire nouvellement acquis est resté dans les limbes. A cela s'ajoutent les différences confessionnelles entre l'Alsace-Lorraine à prédominance catholique et le Reich allemand protestant, particulièrement efficaces au début et qui ont été ravivées encore et encore. Les quatre cinquièmes de la population sont catholiques, ce qui correspond à peu près à la même proportion de protestants parmi les officiers et les "anciens fonctionnaires allemands qui affluent dans le pays après 1871. Néanmoins, des recherches plus récentes confirment la thèse selon laquelle, vers 1912, "l'appartenance du pays au Reich était incontestée et complètement en dehors de toute discussion politique" (H. Hiery Reichstag, élections au Reichsland, Düsseldorf 1986, p. 441). Toutefois, cette appréciation porte sur la période antérieure à l'affaire Zabern. Fin octobre 1913, dans la ville de garnison alsacienne de Zabern, un lieutenant prussien avait recommandé à "ses" recrues d'utiliser discrètement le fusil à baïonnette (baïonnette) pour les disputes ou les affrontements violents avec les locaux ; pour l'utilisation réussie de l'arme contre les "Wackes" il offrit une insulte très méprisante aux Alsaciens, dont l'usage est même interdit par l'armée – une prime en espèces. L'incident est venu à la connaissance du public et a déclenché l'indignation à Zabern. Toute cette arrogance et cette arrogance Les officiers prussiens ne sont apparus qu'un mois plus tard, bien sûr, lorsque l'affaire a fait l'objet de discussions dans la ville. Le colonel régimentaire responsable a interprété la critique justifiée des journaux et des citoyens de Zabern comme une rébellion ouverte contre la violence militaire. Après l'échec de la tentative d'imposer la loi martiale à la ville, le colonel arrêta sans discernement trente Zaberner le 28 novembre 1913 ; ils n'avaient pas suivi sa demande de "dispersion". Dans les jours qui ont suivi, l'incident de la petite ville s'est transformé en une affaire d'État. Cependant, ni les officiers impliqués n'ont été punis, ni l'armée et le ministère de la Guerre ne devaient être persuadés d'avouer leur culpabilité. Les principaux militaires ont pris "Zabern" comme modèle pour une situation de guerre civile dans laquelle l'armée était impitoyablement déployée contre son propre peuple. 
Toutefois, il n'est pas certain que Richert ait été touché ou même influencé par ces derniers développements. De doutes sur sa propre identité, résultat d'une intégration ratée, d'un rejet exagéré des "Allemands" ou – comme cela a été le cas chez les Alsaciens – d'une compensation à l'exclusion par une absorption totale dans l'enthousiasme allemand, dont rien, en tout cas, ne se sent chez lui. L'accent est mis sur l'inquiétude quant au sort de ses proches, 
En Alsace-Lorraine, la population civile a été exposée à un grand stress dès le début de la guerre. "La "tragédie des régions frontalières" a vite été marquée par l'identification d'un état de fait comprenant la dictature militaire, la "détention préventive", les tribunaux de guerre, l'internement du côté allemand comme du côté français, et en particulier l'évacuation complète des villages et des petites villes face à une guerre qui était encore en pleine lutte pour des positions. (Cf. l'Elsafi de 1870-1932. 4 Vol. Hg. J. Rossé et autres Colmar 1936). L'Alsace-Lorraine a été déclarée état de guerre aggravé. La situation a été aggravée principalement par des actions militaires immédiates. Bien que l'armée allemande considère l'Alsace comme un théâtre de guerre secondaire, la direction de l'armée française s'attend à une occupation rapide du "pays volé – un effet psychologique fort sur la nation et les soldats. Le temps de récupération de l'objectif de guerre essentiel de la France. L'avance commença le 7 août 1914, après de petits combats frontaliers, mais du côté allemand, il était initialement prévu de remonter jusqu'au Rhin. Cette retraite tactique est cependant empêchée par le prestige de quelques généraux ; il est dit que " la terre allemande ne doit pas être laissée aux Français sans combat ". L'Alsace-Lorraine en tant que cible de guerre allemande n'était pas à l'ordre du jour. L'issue victorieuse de la guerre et donc le maintien du pays dans le Reich allemand semblait certaine.
Dans les semaines qui suivirent, plusieurs batailles frontalières eurent lieu, qui durèrent jusqu'à la fin de septembre 1914 et dans lesquelles l'unité de Richert était également impliquée, avant d'être déplacée dans la partie nord du front ouest. Dès la fin du mois de septembre, les troupes des deux camps ont creusé des tranchées en Alsace-Lorraine. La guerre des positions, qui s'est développée principalement dans les Vosges, portait désormais sur la sécurisation ou la conquête de terrains ou de collines d'importance stratégique, par exemple au Hartmannsweiler Head. Près de 60 000 soldats y ont été tués en janvier 1916. Ainsi, tout le front vosgien était considéré comme "calme", ce qui signifie que, contrairement au "moulin à sang" de Verdun ou à la bataille d'été, il y avait moins de morts. Les chefs des armées française et allemande ont envoyé des troupes épuisées dans cette section pour qu'elles puissent " récupérer ". 
Le double fardeau d'être une zone d'opérations et de scènes militaires rendait insupportables les effets de la dictature militaire dans le pays. Le pays natal de Richert, la Haute Alsace, dont l'armée française avait occupé des parties dès le début de la guerre, fut particulièrement touché. Du côté allemand, le général Gaede, chef de la division A de l'armée, a mis en place un régime sur le territoire sous son commandement, harcelant la population, dont le symbole était le treillis métallique avec lequel Gaede clôturait la zone opérationnelle de Haute Alsace. Cette mesure, qui a transformé la Haute Alsace en un seul grand camp, s'expliquait, le cas échéant, par des nécessités militaires : au premier plan, la peur de l'espionnage, et Gaede voyait en chaque Alsacien un espion potentiel. Les soldats alsaciens avaient besoin de leur propre laissez-passer de l'armée de Gaede pour rendre visite à leurs familles vivant en Haute Alsace. Ce permis pouvait être refusé à tout moment – ce qui était particulièrement amer pour les grades inférieurs lorsque le congé dans les foyers était accordé tous les dix à quatorze mois. Il n'est donc pas certain que Richert ait été autorisé à rendre visite à ses parents, si Saint Ulrich n'avait pas été occupé par l'armée française. 
Au début de la guerre en Alsace-Lorraine, l'ambiance était à la loyauté, mais pas à l'enthousiasme. Comme dans le Reich, elle était fondée sur la conviction que l'Allemagne avait été envahie et que la guerre " forcée " prendrait fin rapidement et victorieusement. "Dans les premiers mois de la guerre mondiale, le volontaire de guerre était le symbole de la volonté croisée des gens de "sacrifier leur vie sur l'autel de leur patrie", comme on l'a souvent dit. Leur nombre a été rapporté dans les journaux avec 1,3 million, 1,5 million ou même 2 millions. millions d'euros. En Alsace-Lorraine, les journaux font état d'environ 100 000 à 1 500 000 volontaires de guerre dans le pays. Cela a eu un fort impact sur l'opinion publique, en particulier sur les circonstances particulières du signalement volontaire – les jeunes ou la vieillesse de certains hommes ou de leurs différentes classes ->. Qui' voulait et pouvait encore s'y exclure sans se faire tamponner un lâcheur ? Seulement un an plus tard, un comptage des volontaires de guerre dans la région du XlV. et du xv. Le Corps de l'armée a découvert qu'au total, seuls 8000 volontaires alsaciens et lorrains s'étaient portés volontaires (Das Elsaß von 1870-1932. Vol. 1, S.296 ; Vol. 4, Tableau 30 a/b). Des différences similaires peuvent également être supposées pour les chiffres qui ont été mentionnés pour l'ensemble du Reich allemand. 
Déjà dans les premières semaines d'août 1914, cependant, le ressentiment envers "les" Alsaciens s'est renouvelé. Même le nombre prétendument si élevé de volontaires de guerre n'a pas pu empêcher les journaux de faire des reportages répétés sur les attaques au poison, l'espionnage alsacien et les tentatives de trahison, voire les assassinats traîtres de soldats allemands. Fondamentalement, il s'agissait d'images ennemies déguisées qui existaient depuis longtemps ; dans l'enthousiasme du mois d'août, provoqué et orné par la presse, mais aussi dirigé par les dirigeants politiques et militaires, elles se sont déclenchées. Ce n'est que progressivement qu'il s'est avéré que les accusations n'étaient vraies dans aucun cas particulier. Les soldats allemands qui, venant du Reich, marchaient à travers l'Alsace avaient été signalés par les journaux ou les habitants des villages frontaliers de Baden qu'au-delà du Rhin, il n'y avait que des "têtes françaises qui ne pouvaient pas être crues" (Das Elsaß von 1870-1932. Vol. 1, p. 230). Lorsqu'un régiment, contrairement à ceux des régions de la rive droite du Rhin, n'est pas accueilli avec enthousiasme dans les villes et villages alsaciens et que l'eau fournie par la population est trouble à cause du mélange de jus de fruits, l'accusation d'empoisonnement des soldats allemands est immédiatement lancée. Il n'est cependant pas resté avec de tels incidents plutôt inoffensifs. Lorsque les Antielsässerklima chauffées par la propagande dans certaines parties des troupes se sont heurtées à la grande excitation des premières batailles pour former un mélange d'humeurs très explosif, des villages entiers ont parfois été "effacés" et des snipers et francs-tireurs présumés ont été fusillés. C'est ce qui s'est passé à Burzweiler le 15 août 1914, où des maisons d'habitation et des bâtiments industriels ont été incendiés, six habitants ont été abattus légalement. La raison invoquée était que des soldats allemands avaient été licenciés depuis les maisons. Une enquête – qui, du moins, a été menée – a révélé que dans l'affaire Réalité deux patrouilles allemandes dans la nuit et par mauvais temps s'étaient tirées dessus et avaient également subi des pertes. Les troupes françaises ont également affirmé avoir été la cible de tirs de civils dans des villages alsaciens. En conséquence, des otages ont été pris dans la population et envoyés dans un camp d'internement. C'était déjà assez dur pour les sinistrés, mais l'approche française de la reconstruction de l'Alsace-Lorraine montre un peu plus de respect pour les gens du pays. Les souffrants étaient ici et là les Alsaciens. 
On peut supposer que dans cette atmosphère, l'ordre du général de division Stenger, mentionné par Dominik Richert, de "tuer les Français capturés et blessés" a également eu lieu. Nous avons reçu des ordres similaires de la Belgique envahie, où des incidents du type décrit ci-dessus se sont produits à une échelle beaucoup plus grande et avec des effets plus horribles sur la population civile. Le 17 août 1914, le volontaire de guerre David Pfaff note dans son carnet : "Il est ordonné qu'à l'avenir tous les blessés français soient tués, car ils nous tireront dans le dos. "(Bundesarchiv/Militärarchiv Freiburg. MSg 2/2317) En effet, on ne peut exclure qu'un général de division allemand ait simplement voulu "nettoyer la table" ou que les blessés soient un obstacle pour lui. 
Avant même le premier ordre secret du ministère prussien de la Guerre de chasser "les guerriers alsaciens et lorrains politiquement suspects" du front occidental (15 mars 1915), l'armée allemande commença à discriminer les soldats alsaciens (Das Elsaß von 1870-1932, vol. 1, p. 305). Ce sont surtout les unités de la division de l'armée de Gaede qui se sont plaintes d'un grand nombre de transfuges et ont demandé à être remplacées par des troupes allemandes du Reich. Ici, dans la patrie de Dominik Richert, en Haute-Alsace, les soldats locaux n'avaient la possibilité de revoir leurs proches dans la partie du Sundgaus occupée par les Français que s'ils étaient capturés ou envahis. Naturellement, de tels incidents ont renforcé la méfiance à l'égard des soldats alsaciens. Au début de 1915, les premiers transferts sur le front de l'Est eurent lieu. Richert, Oberelsässer et particulièrement suspicieux par la description de l'ordre de Stenger, a été l'un des premiers touchés. Selon l'ordre secret mentionné ci-dessus, les dislocations ont été effectuées à une échelle de plus en plus grande. Une deuxième vague de relocalisations a eu lieu après les attentats de Verdun. Leur échec a été attribué, entre autres, à la trahison des transfuges alsaciens. Jusqu'en janvier 1918, la majorité des Alsaciens servaient sur le front oriental. Alors que nous nous préparons pour l'offensive finale. de l'armée allemande, qui devait commencer le 21 mars 1918, les troupes alsaciennes sont de nouveau déployées sur le front occidental. Parmi eux se trouvait Richert. Quatre mois plus tard, il déborda, justifiant enfin la méfiance qu'on lui accordait. 
"Kriegs-Erlebnisse kauft O. Fürst, Verlag – Berlin- Neukölln, Emser Straße 5 " Ce que l'éditeur Fürst a annoncé dans la Schützengrabenzeitung Der Landsturm du 8 novembre 1914 était très probablement destiné à préparer une publication avec les " voix originales de nos gris des champs " (Zentrales Staatsarchiv Potsdam, Sachth. Samml, 92 Nr, 831, BI. 10). Avec la guerre, l'exploitation marketing et propagandiste politique de l'expérience de la guerre a également commencé. Les textes personnels et privés des soldats, en particulier les lettres et les journaux intimes, ont joué un rôle important. Les minorités religieuses et nationales du Reich et du SPD, par exemple, ont utilisé la publication de leurs propres collections de courrier de terrain pour attirer l'attention sur le mérite très particulier de leur communauté religieuse, leur groupe de compatriotes pendant la "Grande Guerre" ou pour justifier l'octroi de crédits de guerre par le parti des camarades du front. Surtout dans les premiers mois de la guerre, la perception de nombreux soldats était encore entièrement sous l'impression de l'atmosphère de guerre qui se dégageait des romans d'avant-guerre ou sous le charme de l'esprit offensif acquis dans l'armée – quelle que soit la mitrailleuse ou l'artillerie moderne. L'horreur, la peur étaient déjà oubliées chez certaines personnes en route vers la position de repos, refoulées ou effacées par la vie quotidienne au front. Tout le monde n'avait pas une attitude humaine de base comme Dominik Richert, dans laquelle elle était influencée religieusement. Avec la certitude douloureuse de l'état d'une patrie écrasée entre les États, cela a permis de préserver sa propre identité et de s'éloigner d'un regard critique. Dans l'avis publié, cependant, il y avait une tendance au blanchiment à la chaux. La réalité à plusieurs niveaux et souvent contradictoire du front, le grand désir de parenté, le Ha13 pour la bonne vie sur scène, les différences flagrantes entre les officiers et les équipes, la faim, les tentatives d'échapper à la vie quotidienne au front et les stratégies pour y faire face, bref, tout ce que Richert décrit de façon si laconique et impressionnante, étaient ignorés ; il était néanmoins discuté, nié, minimisé et réglementé par des décrets qui, ayant atteint le niveau inférieur de commandement, avaient tout perdu de leur pouvoir potentiel de changement. Les protestations, formulées de manière inévitablement anonyme ou immédiatement réprimées par la censure, n'ont pas été entendues. Cela a préparé le terrain sur lequel la Mar devait être construite. La communauté de front, le contraste prétendument si fort avec la patrie et la légende du "poignard poussé sur le dos de l'armée combattante" pouvaient s'épanouir de manière splendide. 
Déjà pendant la Première Guerre mondiale, une image du soldat adaptée aux nouvelles techniques de combat est apparue. Ce n'est plus l'étudiant volontaire de guerre de 1914, "brûlé à mort" à Langemarck, qui se tient au centre vers la fin de la guerre, mais le "chef du matériel", le combattant glacial en première ligne, entraîné au combat rapproché et aux opérations de groupement, qui s'arme avec le casque en acier utilisé depuis 1916. Les têtes du soldat ainsi décorées peuvent maintenant être vues dans de nombreux dessins, photographies, films, le regard toujours rigide, les muscles du menton tendus. "Des hommes sans nerfs", les appelle l'auteur d'un article de journal. Ce sont eux ou les écrivains Ernst Jünger, Werner Beumelburg, Franz Schauwecker et d'autres, connus sous le nom de représentants d'un "nationalisme militaire", qui devaient déterminer le tableau de l'après-guerre : Annonceur d'une idéologie nationaliste agressive qui élève son collectif de combat, la nouvelle aristocratie de l'armée, à la plus haute forme de coexistence humaine et étatique.
Mais d'abord, à la fin de la guerre, il y a l'espoir, la guerre, d'interdire cette guerre. "Il y avait, dit Kurt Tucholsky, des souffrances fraîches et des blessures douloureuses ; là, le souvenir brûlait, et là, l'immense expérience tremblait de vie. Il y avait beaucoup à faire." (Gesammelte Werke, Reinbek bei Hamburg 1975, vol. 4, p. 309) Mais les nombreuses publications de ce ténor, publiées entre 1918 et 1921, n'ont aucune chance à la longue. Dans la même période, les chefs militaires commencent à publier leurs mémoires ; de nouvelles légendes se répandent, les plus anciennes se cimentent. Les séries Battles of the World War (36 bandes) et Memorial Blue of German Regiments (1250 volumes jusqu'en 1935), qui étaient supervisées par les Reichsarchiv, ont également commencé à un stade précoce. Ils perpétuent une tradition qui s'était déjà établie au milieu de la guerre mondiale avec la série La Grande Guerre en représentations individuelles. "Populairement conçues par d'autres combattants, ces publications sont destinées à renforcer la croyance en l'armée invaincue et à promouvoir la remilitarisation de la nation, 
En 1927, la série Erinnerungsblätter deutscher Regimenter publie l'histoire du régiment de l'unité à laquelle Dominik Richert a participé dans les premiers mois de la guerre : le 112th Baden Infantry Regiment Prince Wilhelm (ed. O. Schiel. Berlin 1927). Ce que Richert décrit aux pages 18 et suivantes du présent livre : "le baptême du feu du régiment avec toute l'horreur, la peur, les pertes élevées face à un plus de La description de l'attaque de la tempête, qui a eu lieu à l'aérodrome, se lit ici, dans la description du lieutenant Gronemeyer de l'époque, par exemple : " Pour la première fois, le saut en longueur et le saut en longueur et le saut en hauteur "… En marche ! Et comment ils se précipitèrent en avant : devant le lieutenant aux jambes rapides, puis les chefs de groupe et enfin les mousquetaires. C'était un saut, une ruée ! Au meilleur des points de vue, il n'aurait pas pu être plus lisse et plus fringant. – Personne n'est tombé, personne n'a été blessé. Les Français ont tiré de Rixheim, ce que le matériel voulait contenir, mais toutes les balles ont sifflé dessus, ont applaudi dans la forêt. – Les autres trains sont arrivés, les autres compagnies sont sorties. Au milieu d'eux, le drapeau déroulé. Le drapeau ! brillamment il flottait dans le vent ; fièrement et festoyait, le porte-drapeau l'avait saisi. La première fois que le drapeau était libre ; – aussi pour eux la première bataille. Non, elle savait encore depuis l'âge de 70 ans ce qui se passait dans la bataille, plus elle soufflait de joie après les 40 ans de la prison de la paix. « 
La perspective "d'en bas", la "vérité" du témoignage documenté ici ont été mesurées par son aptitude à une stratégie offensive du "départ de la nation", les romans anti-guerre Erich Maria Remarques (rien de nouveau en Occident), Edlef Koppens (rapport militaire) ou Ludwig Renns (guerre) – pour n'en citer que quelques-uns – par ailleurs, ont donné voix et poids au non sans équivoque au conflit. Jusqu'en 1933 – après cela, l'expérience héroïque de la guerre était fondamentalement considérée comme authentique. 
Désormais, un chemin direct conduit de la communauté de front proclamée dans le roman de guerre national à la communauté nationale dirigée par le "leader". Adolf Hitler, qui avait déjà colporté avec succès son statut de "simple soldat de la guerre mondiale" pendant la période de combat du Parti, avait, selon les récits officiels, absorbé "l'expérience communautaire du front dans une pureté incomparable.
Néanmoins, au début de la Seconde Guerre mondiale, il n'y avait aucun signe d'enthousiasme pour la guerre, et la frénésie générale de 1914 ne se répéta pas. Ce sont les victoires rapides des deux premières années de la guerre et la propagande à plein régime qui ont favorisé la persévérance et l'identification avec l'État national-socialiste. Pas tous, bien sûr, pas tous les soldats non plus. Désertion, désertion : Pendant la Seconde Guerre mondiale, ces accusations étaient les plus fréquentes dans la justice de la Wehrmacht allemande. Il a prononcé environ 35 000 condamnations, dont 22750 à la peine de mort ; environ 15 000 condamnations à mort ont été exécutées. (Cf. Manfred Messerschmidt/Fritz Wüllner Die Wehrmachtsjustiz im Dienste des Nationalsozialismus. Destruction d'une légende. Baden-Baden 1987.) Après la guerre, la mémoire de ces gens a été évitée. 

ou leurs actions, qu'elles soient politiques ou motivées par la volonté non moins significative de survivre, comme "trahison lâche de la patrie".
Même pendant la Première Guerre mondiale, il ne pouvait pas y avoir ce qui n'était pas permis dans l'armée allemande. Cependant, les conséquences d'un tel comportement pour les personnes touchées étaient incomparablement plus faibles. Les désertions et ce que l'on appelle le "shirking" ont été imputés unilatéralement aux minorités nationales et religieuses du Reich, en particulier aux militaires alsaciens et juifs, ou ces refus s'expliquent par la "contamination socialiste" des soldats pendant leurs quelques vacances à la maison.
 La désertion de Dominik Richert, qui s'enracine d'abord et avant tout dans son grand désir pour sa patrie, peut-elle être comprise comme une action intemporelle et valable pour n'importe quelle guerre ? Nous devons nous garder de réduire trop rapidement l'autocritique historique à des positions moralement plausibles après deux guerres mondiales, d'autant plus que celles-ci ne s'adressent souvent qu'à ceux qui en sont déjà convaincus. Compte tenu des arsenaux d'armes nucléaires, biologiques et chimiques, une troisième guerre mondiale nivelerait enfin les frontières entre le front et l'intérieur. La désertion et le refus ne seraient alors plus possibles. D'un autre côté, l'enthousiasme, la motivation au combat pour l'un et dans une guerre peuvent encore être générés rapidement, également en Europe ; la guerre des Malouines était il y a quelques années seulement. 
Les notes de Dominik Richert transmettent la vérité de l'individu, qui ne comprend que partiellement ce qui lui est arrivé pendant la guerre, mais surtout la souffre et la façonne dans sa sphère d'influence. Sa prise de conscience, largement répandue parmi les soldats alsaciens de l'époque, qu'il serait toujours l'un des vainqueurs, quel que soit le "vainqueur", comportait la douloureuse certitude qu'en tant que soldat sur le premier "champ de bataille moderne" du XXe siècle il serait toujours du côté des perdants. Et si la représentation de Richert avait besoin d'une devise, ce pourrait être celle qu'Alfred Polgar a su distiller de la figure littéraire du bon soldat Schwejk, qui croyait en "Dieu qui a fait pousser les fusils, mais aussi le grain dans lequel ils sont jetés", 

Berlin, novembre 1988 Angelika Tramitz, 
                                                   Bernd Ulrich